Tout sur les ronflements d’un bébé

Admirer un bébé pendant son sommeil, demeure la plus belle chose qui puisse arriver à un parent. Mais l’entendre émettre des ronflements peut également alarmer ce dernier. Il est alors primordial de savoir si les ronflements de bébés sont des réactions normales ou non. Cet article répondra à toutes vos préoccupations et zones d’ombre à ce sujet.

Est-ce normal qu’un bébé ronfle ?

Certains nouveaux- nés peuvent ronfler de temps en temps à cause du rhume et de la fraicheur. Consulter ce site
pour plus d’informations. Enrhumé ou ayant froid, votre enfant a le nez bouché, ce qui l’empêche de bien respirer, d’où l’émission de petits sons. Et cette difficulté respiratoire s’intensifie considérablement, lorsque le nourrisson adopte une seule et même position pendant son sommeil. C’est donc normal qu’un bébé enrhumé émette des ronflements pendant sa sieste ou son sommeil.

Quelles sont les causes pathologiques du ronflement de bébé ?

Par contre, certains cas ne doivent pas être négligés des parents. Puisqu’ils peuvent provenir d’une maladie respiratoire. Il s’agit entre autres de l’apnée du sommeil, des végétations, de l’obésité, des maladies neuromusculaires, des pathologies métaboliques et des défauts de formations cranio faciales.
En ce qui concerne l’apnée du sommeil, elle s’observe généralement chez les enfants âgés de 2 à 8, qui sont obèses ou en surpoids. Les nouveaux- nés qui souffrent de cette pathologie ont des réveils répétés et un sommeil souvent agité, parce qu’ils respirent difficilement ou respirent par la bouche. La vigilance des parents est alors vivement sollicitée.
Prenant le cas des végétations, il faut noter que sont des formations situées à l’arrière du nez du nourrisson. Quand cette végétation est fortement développée ou grosse, votre bébé ronfle assez fort. C’est juste parce que les organes défenseurs du corps, scientifiquement appelés amygdales s’enflent par manque d’oxygène.
Cependant, les ronflements de nourrissons peuvent être traités selon la source du mal, soit, par un lavage de nez, soit par une opération recommandée par l’ORL et le médecin de sommeil ou par un traitement de turbinoplastie.